Wie kan Justitie digitaliseren? Wie mag ? - Qui sait informatiser la Justice ? Qui le peut ?

Et qui le fera pour le 1er septembre ? En wie doet het voor 1 september ?

La loi modifiant la publication des jugements et des arrêts contraint la justice a mettre à disposition, dés le 1er septembre 2020, les arrêts et jugements anonymisés au public, à l'aide d'un service numérique.

Le développement de ce service, comme l'atteste la presse, prend du retard, pour autant qu'il progresse réellement. On devine que, malgré l'urgence de changer de méthode, d'approche, et de procédé en ce qui concerne l'informatisation de la Justice, que ce soit par manque de moyens, de vision ou de capacité, ce sont encore et toujours les anciennes recettes qui sont appliquées, avec le "succès" qu'on leur connaît.

Une Justice autonome et indépendante se doit d'être en mesure de fixer le cadre, contrôler ses données et les outils et algorithmes qui les traitent. Cette condition est indispensable pour que les Belges puissent avoir confiance dans les services numériques qu'elle propose.

Si la Justice n'est pas en mesure ou en capacité de réussir sa conversion numérique, que se passera-t'il ? Est-ce que le privé, intéressé par cette manne d'argent et de données, tentera de s'approprier l'effort ? Jusqu’à profiter de l'appui du Ministre de la justice ?

De wet tot wijziging van de publicatie van vonnissen en vonnissen dwingt Justitie om met ingang van 1 september 2020 geanonimiseerde vonnissen en arresten met behulp van een digitale dienst openbaar te maken.

De ontwikkeling van deze dienst, zoals de pers getuigt, heeft achterstand, voor zover dat deze echt vordert. We kunnen raden dat, ondanks de urgentie om de methode, aanpak en het proces met betrekking tot de informatisering van Justitie te veranderen, of het nu om een ​​gebrek aan middelen, visie of capaciteit gaat, het nog steeds en altijd de oude recepten zijn die worden toegepast, met het "succes" dat we kennen.

Een autonome en onafhankelijke Justitie moet in staat zijn het kader vast te stellen, de gegevens en de instrumenten en algoritmen die ze verwerken te controleren. Deze voorwaarde is essentieel voor de Belgen om vertrouwen te hebben in de digitale diensten die ze aanbiedt.

Wat gebeurt er als Justitie niet in staat is of de capaciteit niet heeft om te slagen in haar digitale conversie? Zal de private sector, met oog op geld en gegevens, zich de inspanning proberen toe te trekken ? Aangemoedigd door de Minister van Justitie ?

Je suis convaincu qu'il est possible de réagir autrement qu'en signant des pétitions, en relayant les nombreux appels à l'aide. Je ne vais pas lancer d'alerte, tenter de faire pression, donner des conseils... Je suis développeur: je propose de développer une solution. Une solution en Open Source.

Mon expérience m'a fait apprécier la valeur de ce qu'on appelle les communs numériques. Des briques logicielles développées par des personnes, des équipes, motivées, investies, capables et autonomes, déployées et gérées par l'administration, au service des citoyens. D'autres équipes et administrations les réutilisent, les améliorent, les partagent, et génèrent ainsi, en dehors de toute propriété ou contrainte de retour sur investissement financier, des services numériques publics d'une qualité sans pareil, avec pour seul et unique objectif la qualité du service rendu au citoyen.

Ma volonté est d'organiser et de rassembler les communs numériques nécessaires à un service complet de mise en ligne de jurisprudence à l'échelle nationale, en toute transparence. Des projets Open-Source pleinement documentés dont la Justice pourra disposer, sans contrat, sans obligation, sans lock-in, pour remplir efficacement la mission et le rôle qui lui est donné. Peu importe si la Justice la retiendra: elle aura au moins eu le choix, et j'ose espérer qu'elle le motivera.

J'invite tous ceux, tout aussi indignés que moi, prêts à s'engager dans cette initiative, que vous travaillez dans l'élaboration de services numériques, dans la justice, que vous soyez étudiant, professionnel ou volontaire pour faire bouger le statu quo, à remplir le formulaire d'appel à contribution ! La justice dans notre pays à un besoin et une soif d'innovation: chacun de nous peut y contribuer.

Ik ben ervan overtuigd dat het mogelijk is om anders te reageren dan door petities te ondertekenen of door de vele oproepen te ondersteunen. Ik ga geen waarschuwing lanceren, druk proberen uit te oefenen, of advies proberen te geven... Ik ben een ontwikkelaar: ik stel voor om een oplossing te ontwikkelen. Een Open Source-oplossing.

Dankzij mijn ervaring ben ik de waarde van zogenaamde digital commons gaan appreciëren. Softwarebakstenen ontwikkeld door mensen en teams die gemotiveerd, geïnvesteerd, bekwaam en autonoom te werk gaan, bakstenen die worden ingezet en beheerd door de administratie, ten dienste van de burgers. Andere teams en administraties hergebruiken ze, verbeteren ze, delen ze en genereren zo, zonder enige licentie, eigendom of beperkingen wegens te weinig rendabiliteit, openbare digitale diensten van ongeëvenaarde kwaliteit, met als enig doel kwaliteit van de dienstverlening aan de burger.

Mijn wens is om de nodige digitale commons te organiseren en te verzamelen voor een volledige dienst van online publicatie van jurisprudentie op nationale schaal, in volledige transparantie. Volledig gedocumenteerde open-sourceprojecten die Justitie zal kunnen inzetten en beheren zonder contract, zonder verplichting, zonder lock-in, om de missie en de rol die ze heeft effectief te vervullen. Het maakt niet uit of Justitie die effectief zal gebruiken: ze zal tenminste een keuze hebben gehad, en ik hoop dat ze die zal motiveren.

Ik nodig iedereen uit die, net zo verontwaardigd als ik, bereid is zich in te zetten, of je nu werkt aan de ontwikkeling van digitale diensten, voor justitie, of je nu student, professional of vrijwilliger bent om de status-quo te veranderen: vul het call for contribution formulier in ! Justitie in ons land heeft behoefte aan en een honger naar innovatie: ieder van ons kan daar aan meewerken.